Suspiria

De Luca Guadagnino
Avec Dakota Johnson, Tilda Swinton, Mia Goth
Sélection officielle (Venise 2018)
USA, Italie - 2018
2h32
fantastique, horreur
VOST
diffusion : 2018
S
P

Susie Bannion, jeune danseuse américaine, débarque à Berlin dans l'espoir d'intégrer la célèbre compagnie de danse Helena Markos. Madame Blanc, sa chorégraphe, impressionnée par son talent, promeut Susie danseuse étoile. Tandis que les répétitions du ballet final s’intensifient, les deux femmes deviennent de plus en plus proches. C’est alors que Susie commence à faire de terrifiantes découvertes sur la compagnie et celles qui la dirigent…

Critiques

  • Chez Argento, on ouvrait un livre de contes ; chez Guadagnino, c’est un livre d’histoire. Une histoire sale et vivante, traversée aussi bien par la Bande à Baader que le spectre encore vivace de la Seconde guerre mondiale. Suspiria 2018 se place dans un monde anti-magique, où selon l’autoritaire Mme Blanc, « la danse ne sera plus joyeuse ». […] Et de danse, il est question, oh oui. Purement décorative chez Argento, elle devient le cœur du film chez Guadagnino. Charnelle, physique. […] Aussi maboul que gorgé de tristesse, à la fois monstre social et bazar psy, faux film musical et lettre d’amour abîmée, ce Suspiria est bien le palimpseste excitant qu’on n’avait pas vu venir. www.chaosreign.fr

  • Une relecture passionnante et oppressante du chef d’oeuvre d’Argento qui distille une angoisse permanente avec ses corps malmenés et son atmosphère malsaine. Un véritable tour de force. www.avoir-alire.com

  • Intelligemment, Guadagnino a pris le parti de proposer une version totalement différente de son modèle. Le scénario reprend bien la même trame de départ – une jeune américaine intègre une école de danse dans laquelle ont lieu des évènements étranges – mais il propose un dénouement totalement différent, et surtout, enrichit le récit avec d’autres enjeux, d’autres personnages qui n’étaient pas dans le récit original. […] La différence avec le film original est aussi esthétique. Pas d’effets baroques, pas de jeux de couleurs flamboyants… Ici, l’angoisse naît des cadrages, des angles de prises de vue, du montage. La frénésie passe par les scènes dansées et les chorégraphies funèbres. www.anglesdevue.com